Auteur : Wallomade

Pour un revenu équitable en agriculture

Wallomade et Prix Juste Producteur unissent leurs forces.

Savez-vous qu’en Wallonie, la part du revenu d’un producteur agricole dans le prix final des produits alimentaires varie seulement entre 5 et 30% selon les produits ? Afin d’aider le consommateur à devenir un consom’acteur et à soutenir les producteurs locaux, Wallomade et Prix Juste Producteur s’unissent pour l’aider à consommer « autrement ».

Avec l’évolution actuelle de l’agriculture et de la distribution, bien consommer n’a jamais été aussi compliqué. En effet, malgré une offre toujours plus abondante, le consommateur est de plus en plus sensible à la perte de sens que vit actuellement le secteur de l’agriculture dont les valeurs fondamentales sont détournées au profit de la compétitivité.

Pour aider le citoyen à agir en tant que consom’acteur, le COLLÈGE DES PRODUCTEURS et WALLOMADE ont décidé d’unir leurs forces autour du label Prix Juste Producteur, la première initiative visant à inciter le producteur à considérer ses coûts de production, y compris sa rémunération, dans la fixation d’un prix juste.

Concrètement, Wallomade, la boutique en ligne du savoir-faire wallon 100% éthique et qui propose également au producteur d’accroître sa visibilité sur le web facilement et au « prix juste », sera l’un des intermédiaires privilégiés pour faire connaître le label auprès des producteurs et du grand public.

Le COLLÈGE DES PRODUCTEURS, quant à lui, se chargera de veiller à ce que le mode de production des producteurs qui obtiennent le label réponde aux 15 critères du cahier des charges. Chaque producteur ayant obtenu le label sera clairement identifié sur le site de wallomade.com.

Les 2 initiatives s’allient autour de valeurs communes telles que la mise en avant d’une agriculture familiale et locale, une alimentation durable et de qualité au travers de l’autonomie et du respect de nos producteurs.

Pour aider les agriculteurs à se réapproprier l’image de leur métier, les 2 partenaires proposent aux agriculteurs un package global comprenant le développement d’outils et création de valeur. Grâce à son expertise, Wallomade développe des sites internet ou espaces de vente en ligne, alors que le Collège des Producteurs incite les agriculteurs à considérer leur coût de production comme fondement d’un prix juste en mettant en avant le « bien-être de l’agriculteur comme gage de qualité ».

 

Comment j’ai fait le vide dans ma salle de bain

On le sait tous: plus on a d’armoires, plus on a de petits pots, de fioles et de flacons… Sabine Marchand, Fondatrice de la marque SOAP ME, nous explique que sa famille et elle ont adapté leurs habitudes de consommation pour revenir à l’essentiel… Un parcours du combattant ? Pas forcément !

A quoi ressemblait ta salle de bain, il y a 4 ans ?

Dans une famille de 5, il en faut pour tous les goûts : le dentifrice pour petits bouts, le dentifrice du grand au menthol, celui de Chéri spécial émail, celui de grande sœur pas trop piquant… Et voilà, on est déjà à 4… Moi, je ne suis pas compliquée, un peu d’argile blanche, et hop !
Je ne vous parle pas des gels douches fruités, senteur sport, orange et j’en passe. Pour la douche, le bain et le sport. Il y en a partout ! Personnellement, ça m’assèche la peau, ça me gratouille parfois et ça remplit mes sacs poubelles beaucoup trop vite, pas du tout zéro déchet ! Encore là, je ne suis pas trop compliquée, je me lave à l’argile blanche et hop ! Pour ma peau délicate sujette à l’eczéma en cas de gros stress, c’est l’idéal.

Enfin, parlons shampoings : mes 2 hommes n’en ont pas besoin : la coiffure est minimaliste. Quant à ma fille, mon cadet et moi-même, je n’avais pas encore trouvé la solution idéale et j’utilisais un shampoing en pharmacie car Garnier et l’Oréal toujours trop irritants pour mon pauvre cuir chevelu. Bref, un bilan pas très top pour notre santé et pour l’environnement.

Quel a été le moment déclencheur ?

Un jour, j’ai assisté à la conférence de Bea Johnson à Louvain La Neuve sur le Zéro déchet. J’ai lu son livre, tenté d’appliquer ce que je pouvais, à mon rythme. J’ai aussi lu « la magie du rangement » de Marie Kondo, inspirant pour les intérieurs encombrés. J’ai bénéficié de l’aide de 2 amies ultra ordonnées, hyper créatives et surtout, très généreuses. Grâce à elles, j’ai vidé, rangé, « minimalisé » les pièces de notre maison. En parallèle, j’ai adapté mes habitudes de consommation durant plusieurs années (car il faut du temps pour changer petit à petit)

Qu’as-tu supprimé ?

  • Les gels douches
  • Les crèmes hydratantes pour le visage et pour le corps
  • Les 5 dentifrices différents
  • Les shampoings liquides
  • Les gommages
  • Les démaquillants

Qu’utilises-tu aujourd’hui ?

  • Les savons solides surgras que je fabrique, un gain pour la peau et l’environnement
  • Un dentifrice avec une base d’argile blanche. Fabriqué maison.
  • Un shampoing solide que je fabrique.
  • Un gommage maison fabriqué avec des produits naturels
  • De l’argile blanche pour me démaquiller ou un peu d’huile végétale nettoyée ensuite avec un hydrolat.
  • Une crème hydratante maison pour le visage
  • Un baume solide pour le corps

Qu’as-tu retenu de ton parcours ?

Changer les habitudes EN FAMILLE prend encore plus de temps ! Chacun avance à son rythme et n’est pas toujours preneur des idées zéro déchet du chef de famille. Laisser le temps à chacun d’adopter sa propre routine, de trouver son chemin. On peut parfois s’arrêter, reprendre temporairement de vieilles habitudes et puis, opérer un changement définitif. Quand les enfants sont petits, c’est plus simple. Mais les temps changent et même nos ados sont de plus en plus conscients des enjeux actuels liés à la santé et à l’environnement. Bref, le zéro déchet est plus qu’une « tendance », c’est un changement de vie fondamental qui nécessite du temps et de la persévérance. Mon conseil: soyons donc indulgents avec nous-mêmes.

Découvrez la fiche annuaire de l’artisan SOAP ME ainsi que ses produits en vente sur notre site web

Bien dans sa peau

Saviez-vous que lors de notre rituel beauté du matin, nous appliquons jusqu’à plusieurs centaines de produits chimiques sur notre peau ? Face à ce constat, Christelle Thomsin a décidé de réagir… Son diplôme d’herboriste en poche, elle lance la marque Dechenou (de chez nous), une ligne de cosmétiques sans conservateurs, 100% naturels et de fabrication locale. Rencontre avec une jeune femme dynamique, bien dans sa peau…